Maladies à transmission vectorielle et zoonoses

L'émergence de maladies transmises par les animaux

maladies infectieuses

Les animaux et les moustiques peuvent transmettre des maladies aux humains. Le froid du Québec vous protège généralement contre ce type de maladies, mais les changements climatiques changent la situation. Il fera de plus en plus chaud et humide. Ce type de maladies pourrait donc devenir plus fréquent, même si elles sont encore peu fréquentes. En plus, avec des étés plus chauds et plus longs, les Québécois seront plus souvent et plus longtemps dehors. L’exposition est plus longue donc le risque augmente.

Les moustiques et les tiques transmettent des infections comme la maladie de Lyme, le virus du Nil ainsi que des encéphalites. Les rongeurs et les petits animaux peuvent aussi transmettre des maladies, comme le hantavirus, qui provoque une sorte de pneumonie.

Avec les variations du climat et le déplacement de plus en plus au nord des animaux, les chercheurs québécois ont déjà vu apparaître ces maladies ici. Leur nombre risque fortement d’augmenter dans les prochaines années et de nouvelles maladies pourraient se développer, comme la malaria (ou paludisme), la fièvre de la vallée du Rift et la fièvre dengue.


La maladie de Lyme

Transmise par une morsure de tique, la maladie de Lyme se traite facilement dans les premiers stades, mais attendre trop longtemps peut compliquer l’infection. Elle cause de la fatigue, des frissons, de la fièvre, des maux de tête et des douleurs aux muscles. Les stades avancés peuvent causer des troubles au système nerveux, de l’arthrite, des palpitations au cœur et une fatigue extrême. Les experts pensent que le réchauffement du climat augmentera le nombre de cas. Pour plus d’information sur les risques au Québec et ailleurs au Canada, vous pouvez consulter ce document de l’Agence de santé publique du Canada.

Le virus du Nil occidental (VNO)

Le virus du Nil se transmet aux humains par les moustiques qui ont piqué des oiseaux infectés. Les symptômes sont surtout légers, comme de la fièvre, des douleurs aux muscles, des rougeurs à la peau et des maux de tête. Certains cas plus graves peuvent mener à des encéphalites ou des méningites. Au Québec, en 2015, 45 cas de personnes infectées par le VNO ont été déclarés et enregistrés dans les régions de la Montérégie, de Montréal et de Laval. De ce nombre, 32 cas ont présenté une atteinte neurologique et 1 cas a mené au décès.

La rage

La rage est un virus causée par une morsure ou une griffure d’animaux infectés. Au Canada, ce sont surtout des chauves-souris qui sont porteuses. Le virus créé une infection au cerveau et au système nerveux. Les premiers symptômes ressemble à une grippe (maux de tête, malaises, fièvre et fatigue).

Mais la rage peut évoluer rapidement et causer de l’anxiété et des troubles psychologiques (confusion, agitation, délire, rage et hallucinations). Dans 20 % des cas, le symptôme sera plutôt une paralysie. Dans tous les cas, la rage mène à la mort par arrêt respiratoire. Le dernier décès s’est produit en 2000 au Québec. Aucun cas de rage humaine n’a été rapporté au Québec depuis 2006. Toutefois, les changements climatiques pourraient modifier l’habitat, la durée d’hibernation et les conditions de reproduction des animaux porteurs de la maladie et, ainsi, avoir pour effet de la propager vers le nord de la province.

Qui est vulnérable?

Groupes vulnérables

Personne n’est complètement à l’abri de ces maladies. Mais les personnes qui habitent ou qui travaillent dans des régions où il y a beaucoup d’insectes et de rongeurs sont plus vulnérables. Les personnes âgées et les jeunes enfants seront aussi plus sensibles. Les personnes ayant un système immunitaire faible sont également à risque.

S'adapter

Se protéger

Pour vous protéger le mieux possible, portez des vêtements clairs et à manches longues quand vous sortez dans les bois. Les produits anti-insectes avec DEET peuvent aussi être efficaces. Il existe par ailleurs un vaccin contre la rage.

Au niveau du gouvernement, de nouvelles mesures de surveillance et de recherches sur ces maladies permettront une meilleure adaptation.

 

Informations complémentaires

Les liens et documents suivants vous permettent d'en apprendre davantage sur les maladies zoonotiques et vectorielles:

Encéphalites

Les encéphalites et méningites sont une inflammation ou une infection d’une partie du cerveau. Les symptômes sont de la fièvre, des vomissements, de la confusion et une grande fatigue. Des cas plus sévères peuvent causer des convulsions, une forte fièvre, des maux de tête, de la stupeur et parfois un coma.

Niveau régulierbouton avancé