Une cour urbaine dans la rue : Rijswijk, Pays-Bas

cour urbaine

Source : Jayne Engle Warnick

Les routes locales et les rues résidentielles peuvent elles aussi devenir des espaces communs. Aux Pays-Bas, plutôt que de confiner les gens aux trottoirs derrière des rangées de voitures garées, on partage l’espace devant les résidences de manière équilibrée entre divers usagers locaux. Ce concept est connu sous le nom de woonerf, mot qui signifie « cour urbaine ». Dépourvue de trottoirs, la zone entière est souvent pavée de dalles imbriquées. Des végétaux et du mobilier urbain définissent les places de stationnement qui jouxtent les aires de jeux pour enfants délimitées uniquement par des lampadaires ou des bornes de protection.

Particularités

cour urbaine

Source : Jayne Engle Warnick

  • Il existe plus de 6 000 aménagements de type « woonerf » aux Pays-Bas;
  • La vitesse maximale dans un « woonerf » est habituellement de 20 km/h, pouvant même aller jusqu’à 7 km/h, comme c’est le cas en Allemagne;
  • La loi hollandaise accorde aux piétons et cyclistes la priorité face aux véhicules motorisés dans les « woonerf ».

Avantages économie/environnement/santé

cour urbaine

Source : http://www.flickr.com/photos/29892784@N05

  • Ce type d’aménagement améliore la sécurité des gens dans la rue et incite à l’utilisation des transports actifs, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre.
  • Le concept du « woonerf » favorise l’aménagement d’espaces de verdure dans les rues et aide à combattre le phénomène des îlots de chaleur urbains.
  • La vitesse réduite des automobiles dans les quartiers résidentiels aide aussi à réduire la pollution sonore.

Saviez-vous que…

En 2009, la Ville de Montréal a adopté un règlement visant à abaisser de 50 km/h à 40 km/h la limite de vitesse dans plusieurs quartiers résidentiels. (Source : Ville de Montréal, 2009)

Pour en savoir plus...

Fiches préparées par: