Adaptation à la foudre et aux feux de forêt

Adaptation

Au Canada, la foudre cause près de 4 000 incendies de forêt chaque année. Elle est responsable d’environ 85 % des superficies brûlées. Pour s’en préserver, on a mis au point diverses stratégies. Certaines devront être améliorées ou modifiées pour mieux tenir compte des changements climatiques. En effet, si le réchauffement des températures n’est pas compensé par une hausse importante de la quantité de pluie :

  • les incendies de forêt seront plus fréquents au Canada;
  • la foudre en sera de plus en plus souvent la cause;
  • il y aura de plus en plus de feux hors contrôle (feux échappés);
  • la superficie touchée par les feux échappés doublera d’ici la fin du siècle.

Réseau canadien de détection de la foudre

Au Canada, on compte plus de deux millions d’éclairs par an. L’été, c’est environ un éclair toutes les trois secondes. Cette donnée est connue grâce au Réseau canadien de détection de la foudre. Ce réseau a été mis sur pied en 1998 afin de mieux prévoir le moment et le lieu où la foudre frappera. Il compte plus de 80 capteurs de foudre répartis dans tout le Canada. Il s’intègre dans le réseau élargi de détection de la foudre d’Amérique du Nord. Il fonctionne en tout temps. Il peut détecter jusqu’à 45 000 éclairs par heure. Des statistiques relatives à la foudre sont ainsi déterminées, presque en temps réel, par les scientifiques d’Environnement Canada.

Dispositifs de protection contre la foudre

Il existe divers dispositifs de protection contre la foudre. Ils permettent de réduire le risque des effets néfastes de la foudre dans les habitations ou autres constructions. En voici quelques-uns parmi les plus connus :

  • les paratonnerres : leur rôle est de protéger une structure contre les coups directs de la foudre;
  • les parafoudres (ou parasurtenseurs) : ils protègent les installations électriques et de télécommunications contre les surtensions;
  • plusieurs techniques simples, efficaces et peu coûteuses, par exemple certaines façons de câbler l’installation électrique pour protéger les résidences et autres structures matérielles. Pensons aux clôtures électriques utilisées à la ferme.

Mesures de sécurité en cas de foudre

Au Canada, chaque année, la foudre tue environ 10 personnes et en blesse sérieusement 164 autres. On peut se protéger par diverses mesures de sécurité. Plusieurs sont présentées sur le site Web d’Environnement Canada.

On conseille par exemple d’éviter de faire des activités extérieures pendant un orage, qu’elles soient professionnelles (travail forestier, par exemple) ou de simples loisirs (baignade, pêche, etc.).

Si on est surpris en plein air par la foudre, il faut éviter de se trouver au-dessus du paysage environnant.

Si on est à l’intérieur d’un bâtiment, il ne faut pas se servir de matériel électrique ni du téléphone.

Si on se trouve dans un véhicule, on doit se méfier des lignes électriques tombées qui pourraient le toucher.

Si l’orage nous surprend alors qu’on est dans une embarcation, il est important de rejoindre la rive dans les plus brefs délais.

Le Canada : un leader dans la lutte contre les incendies de forêt

Comme rapporté dans les archives de Radio-Canada, les feux de forêt, qu’ils soient causés par la foudre ou par la négligence humaine, mettent en péril l’équilibre de tout un monde. Au fil des ans, on a cherché des moyens efficaces pour les circonscrire. Au Canada, on a acquis une expertise mondialement reconnue, du premier vol de détection aérienne en 1919 jusqu’au développement de technologies de pointe. La dizaine de vidéoclips réalisés à ce sujet par Radio-Canada, de 1959 à 2003, en témoignent.

Protection des forêts contre le feu au Québec

Au Québec, c’est le ministère des Ressources naturelles et de la Faune qui est responsable de la protection des forêts contre le feu. La gestion du feu repose sur des critères écologiques, économiques et sociaux. L’approche se base sur le concept de gestion des risques (prévention, préparation, intervention et rétablissement).

Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune diffuse toute l’information disponible sur les feux. Il fait le suivi hebdomadaire du nombre et de la superficie des feux. Le Ministère offre également son soutien scientifique, technique et administratif en matière de protection des forêts. Il assure la liaison entre les organismes et contribue au financement des activités de prévention et de lutte.

Le guide en ligne PareFEU, produit par le Ministère en collaboration avec la SOPFEU, vise à soutenir les municipalités régionales de comté (MRC) et les municipalités. Ces dernières ont maintenant l’obligation de préparer un schéma de couverture de risques et un autre de sécurité civile. Divers conseils aux municipalités et aux propriétaires s’y trouvent également.

Depuis 1994, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) partage avec le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune la responsabilité de la lutte contre les incendies de forêt. La SOPFEU est une société privée à but non lucratif. Son mandat la prévention, la détection et l’extinction des feux de forêt au Québec. À cette fin, la SOPFEU publie diverses informations :

  • les mesures préventives annoncées ou en vigueur (par exemple, interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité);
  • les niveaux de dangers d’incendie (par exemple, bas niveau de risque d’incendie aux Monts-Valin);
  • des cartes (carte des incendies mise à jour toutes les 5 minutes; carte des intensités validée chaque jour);
  • des rapports quotidiens et des statistiques;
  • des conseils de prévention et des capsules audio ou vidéo de prévention;
  • diverses publications, comme « Mythes et réalités à l’égard des incendies de forêt » ou « Pour connaître les comportements et perceptions ».

Foudre et feux de forêt : plus de recherches nécessaires

Une étude réalisée au Québec par le Service canadien des forêts a révélé que la foudre s’y produit plus souvent l’été. On a également observé une plus grande concentration d’éclairs dans le sud et l’ouest de la province. Enfin, les basses terres du Saint-Laurent comptaient le plus grand nombre de jours où des éclairs se produisaient. Cette région présentait toutefois le plus petit nombre de décharges positives. Les décharges positives auraient un impact plus important que les décharges négatives sur l’amorce des incendies.

Mauvaises herbes le long des routes forestières 

Adaptation

Les mauvaises herbes sont abondantes le long des routes forestières. Ces couloirs de mauvaises herbes contribueraient à augmenter la fréquence et l’intensité des incendies de forêt. De plus, la construction et l’entretien de ces routes réduiraient la capacité du sol à retenir l’eau. Ces zones le long des routes forestières présentent donc des conditions plus arides pendant la saison des incendies de forêt.

Repenser notre tolérance aux mauvaises herbes le long des routes forestières pourrait s’avérer une adaptation intéressante aux changements climatiques. La recherche devra déterminer si les mauvaises herbes créent bien des conditions favorables à l’allumage et à la propagation des incendies de forêt.

 

Informations complémentaires

Les liens et documents suivants vous permettent d'en apprendre davantage sur la foudre et les incendies de forêt :

Niveau régulierbouton avancé