Le gouvernement propose une cible québécoise de réduction des émissions de GES de l’ordre de 37,5 % pour 2030

Par Florence Danner 18 septembre 2015 14:11:00


Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, a annoncé le 17 septembre 2015 qu’il tiendra sous peu une consultation sur une proposition de cible québécoise de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’ordre de 37,5 % sous le niveau de 1990 d’ici 2030, ce qui représenterait la cible la plus ambitieuse au pays. À la suite du dépôt aujourd’hui à l’Assemblée nationale du document intitulé « Cible de réduction d’émissions de gaz à effet de serre du Québec pour 2030 », des consultations en commission parlementaire seront tenues. Ainsi, le gouvernement sera en mesure d’annoncer sa cible en vue de la 21e Conférence des Parties (CdP-21) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de Paris en décembre 2015.


« Le Québec entend demeurer un chef de file en matière de lutte contre les changements climatiques. En plus de contribuer à l’effort mondial, une cible ambitieuse pour 2030 permettrait d’améliorer la santé, la sécurité et la qualité de vie des Québécois, de même que le développement durable de notre économie. Ensemble, nous avons la responsabilité de lutter contre les changements climatiques afin d’assurer une qualité de vie à nos enfants », a déclaré le ministre Heurtel.


Soulignons que le Comité-conseil sur les changements climatiques a été partie prenante de la réflexion gouvernementale entourant la préparation de cette consultation. Il regroupe une quinzaine d'experts de divers milieux, notamment ceux de l’environnement, de l’économie, de l’énergie, de la santé, du transport collectif, de la construction du bâtiment et du monde municipal. « Il s’agit d’une cible cohérente avec l’urgence d’agir face aux changements climatiques et avec notre volonté de développer le Québec de façon durable et responsable. Je tiens d’ailleurs à souligner le travail remarquable réalisé par ce comité et son apport important à la réflexion du Québec sur nos cibles post-2020 », a ajouté le ministre.


Le Québec contribue activement à l’effort international de réduction des émissions de GES. Bien que son empreinte carbone soit déjà parmi les plus faibles en Amérique du Nord, il a réussi à diminuer ses émissions de GES de 8 % par rapport à leur niveau de 1990, en 2012, surpassant ainsi de 2 % l’objectif qu’il s’était fixé à cet horizon. Rappelons d’ailleurs que le gouvernement a mis sur pied, avec la Californie, le plus grand marché du carbone à l’échelle de l’Amérique du Nord auquel se joindra l’Ontario. « Avec cet important outil de croissance économique verte, le Québec compte atteindre son objectif de réduire de 20 % les émissions québécoises de GES, par rapport à leur niveau de 1990, d'ici 2020. Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le gouvernement soutient les entreprises, les municipalités et les citoyens québécois dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone et mieux adapté aux impacts des changements climatiques », a conclu le ministre Heurtel.
Le document de consultation qui permettra d’alimenter la réflexion des participants est disponible sur le site Web du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à l’adresse suivante : 

www.mddelcc.gouv.qc.ca/changementsclimatiques/consultations/cible2030/index.htm.

Niveau avancébouton régulier