Inspecter et réparer les vieux véhicules automobiles pour réduire la pollution atmosphérique au Québec

8 décembre 2011 11:47:00 Catégories : adaptation climat santé
Smog

Diminuer la surconsommation de carburant et la pollution est au cœur du nouveau projet de loi du ministre du Développement durable, M. Pierre Arcand, qui propose la mise en place d’inspections et de réparation pour les véhicules automobiles anciens. « Avec ce programme, nous allons lutter encore plus efficacement contre la pollution atmosphérique et agir simultanément sur deux fronts essentiels pour la qualité de vie des Québécois, soit la santé publique et l'environnement », a souligné le ministre Arcand. Le dépôt du projet de loi du Programme d'inspection et d'entretien des véhicules automobiles (PIEVA) est une première étape.

La pollution de l’air est en effet source de nombreux problèmes de santé. « Décarboniser l'énergie passe par une foule de mesures, et ce projet de loi fait partie d'un ensemble de solutions, qui mèneront à l'atteinte de l'objectif suprême de voir baisser le taux de maladies cardiovasculaires de façon très significative », a indiqué le Dr Reeves, cardiologue d'intervention et professeur agrégé à l'Université de Montréal, concepteur de la Chaire de cardiologie environnementale.

D'après le rapport 2008 de l'Association médicale canadienne, la pollution atmosphérique aurait de graves conséquences sur la santé des individus. Pour l'ensemble des régions québécoises, l'exposition aux particules fines, à l'ozone et aux oxydes d'azote aurait été associée à 1 974 décès prématurés, à 414 visites à l'urgence pour des problèmes respiratoires, à 38 visites à l'urgence pour des problèmes cardiaques et à 246 705 journées avec symptômes d'asthme en 2002. La réduction à la source des émissions de gaz à effet de serre et des contaminants atmosphériques liés au transport routier apparaît donc comme un moyen incontournable d'agir de façon préventive.

De plus, cette mesure pourra permettre aux automobilistes de faires des économies grâce à des véhicules plus performants au niveau environnemental « À elle seule, une surconsommation d'essence de l'ordre de 15 %, pour un véhicule mal en point de catégorie intermédiaire, peut engendrer plus de 350 $ annuellement en coût additionnel de carburant », a précisé M. Pierre Beaudoin. L'inspection qui liera la performance environnementale au droit de circuler devrait, dans un premier temps, s'appliquer uniquement aux véhicules de huit ans ou plus lors d'un changement de propriétaire. Ce programme d'inspection s'inscrivant dans une démarche évolutive, le bassin de véhicules visés augmentera substantiellement lors de la deuxième étape, qui assujettira l'ensemble des véhicules de plus de huit ans à une inspection environnementale obligatoire tous les deux ans.

Pensez-vous que ce projet de loi soit une bonne idée? Votre véhicule a-t-il fait l’objet d’une inspection environnementale?

Mon climat ma santé:
Découvrez notre page sur la pollution de l’air : Smog et particules

Niveau avancébouton régulier