Atchoum! C’est le retour des allergies saisonnières!

Par Mélanie Beaudoin 28 juin 2017 14:04:00

On a déjà abordé le sujet; l’herbe à poux est la championne des allergies saisonnières ici au Québec. Elle serait responsable d’environ 75 % des cas d’allergies au pollen, touchant 1 Québécois sur 10. L’accroissement du nombre de personnes touchées constaté au cours de la dernière décennie serait en partie attribuable aux changements climatiques, qui entraînent une augmentation de la productivité des plantes. La coupe de l’herbe à poux deux fois par année, autour du 15 juillet et du 15 août, tous les ans, est la meilleure façon de lutter contre cette plante. La coupe effectuée à cette période de l’année permet de réduire de 9 fois la production de pollen et de 5 fois la production de graines. Une autre option, tout aussi écologique mais moins efficiente, est l’arrachage.

Ainsi, des appels à projets ont été lancés par le ministère de la Santé et des Services sociaux au cours des deux dernières années pour inciter les municipalités et arrondissements à se munir de plans de contrôle des pollens allergènes (principalement l’herbe à poux). Ces plans doivent comprendre des engagements de mobilisation du milieu et l’application de mesures de contrôle. Les villes de Granby et de Trois-Rivières, tout comme l’Arrondissement du Plateau Mont-Royal, à Montréal, ont réalisé des projets à l’été 2016.

  • À Granby, 94 % des terrains industriels, commerciaux et institutionnels ont été inspectés : 28 % étaient infestés par l’herbe à poux. Après intervention auprès des propriétaires, la situation était corrigée pour 91 % des terrains infestés lors de la deuxième visite.
  • À Trois-Rivières, 300 km linéaires en bordure de routes et de rues ont été contrôlés et un projet pilote a été réalisé permettant de vérifier si la croissance normale des espèces végétales existantes permettait de contrôler l’herbe à poux.
  • À l’Arrondissement Mont-Royal, les fosses de plantation des arbres et les bandes verdies, tout comme certains parcs et terrains vagues, ont été entretenus afin d’éliminer les plantes allergènes (autant l’herbe à poux que l’armoise vulgaire).

Pour les projets de Trois-Rivières et Granby, des capteurs de pollen avaient été installés au lieu d’intervention et dans un site témoin. L’analyse des données ainsi colligées a permis de déceler une diminution marquée des concentrations de pollen dans l’air : deux fois moins de pollen à Granby et cinq fois moins à Trois-Rivières!

Cet été, de nouveaux projets sont en cours à Nicolet, Sherbrooke, Québec et Plessisville. Et on vous invite à contribuer à la lutte en arrachant les plants qui croisent votre route!

Pour en savoir plus :
Ministère de la Santé et des Services sociaux — Herbe à poux et autres pollens allergènes

Niveau avancébouton régulier