Appel à communications - Communautés côtières et riveraines : de la vulnérabilité à la résilience

28 janvier 2013 13:42:00

Acfas Congres

L'Alliance de Recherche Universités-Communautés Défis des Communautés Côtières invite les étudiants, les chercheurs, les professionnels, les élus et les gestionnaires à soumettre dès maintenant un résumé de présentation orale pour le colloque 418 « Défis des communautés côtières et riveraines : de la vulnérabilité à la résilience », dans le cadre du 81e Congrès de l’ACFAS.

Le colloque se tiendra à Québec, Québec, Canada, les 7 et 8 mai 2013. Le colloque vise un dialogue constructif sur les questions de gouvernance participative, d’adaptation et de résilience, ainsi qu’aux
questions d’interdépendance des bassins versants et des zones côtières dans le contexte des changements climatiques.

Toute expérience en matière d'accompagnement de communautés ou d'un groupe d'acteurs pour intégrer la variabilité climatique dans leurs pratiques ou réduire leur vulnérabilité face à certains risques (inondations, érosion, étiages, etc.) pourrait faire l'objet d'une proposition. Pour plus amples renseignements, veuillez consulter l'affiche d'appel de communications de l’ACFAS ou encore communiquer avec Amélie Dumarcher, coordonnatrice de l’ARUC-DCC (www.defisdescommunautescotieres.org). Prière soumettre vos résumés de 500 mots avant le 31 janvier 2013 à 16h. Les résumés seront évalués par un conseil scientifique.

En savoir plus : Alliance Recherche Universités-Communautés Défis des Communautés Côtières

Les concepts de vulnérabilité et de résilience des communautés, ainsi que les questions d’intégration des échelles de gestion des zones côtières et riveraines dans le cadre des changements climatiques, requièrent des analyses complexes, au niveau social, politique, et écologique. Les approches traitant de ces aspects et leurs interprétations sont généralement complexes, ce qui limite leur capacité à passer à l’action et opérationnaliser les recommandations.

Les acteurs des communautés et des organisations sociales demeurent perplexes à savoir si tout cela reste utile. La complexité de ces approches, et des défis qu’elles cherchent à relever limite le processus de transformation de celles-ci vers une adaptation durable d’une part, et vers une véritable intégration des enjeux territoriaux terre/mer d’autre part. Ici, nous débattrons des aspects cruciaux de l’adaptation pour un développement territorial durable et tenant compte de l’interdépendance des bassins versants et des zones côtières, tant d’un point de vue conceptuel, méthodologique, qu’empirique. Les acteurs locaux sont pris entre deux réalités.

Dans le court terme, le besoin de réagir dans l’immédiat mène à des décisions qui peuvent empiéter sur la capacité future des populations à faire face aux effets des changements climatiques. Les actions prises à court terme pour répondre aux besoins criants des élus et des citoyens, qui voient l’adaptation sous l’angle de la protection (enrochement ou mur), peuvent aussi restreindre des usages par les acteurs d’aujourd’hui (non enrochement ou retrait).

Dans le long terme, les problèmes pourraient même s'aggraver, si dans une perspective intégrée des composantes socioécologiques, les conditions socio-écologiques atteignaient un seuil de non-retour. Devant cette situation, nous devons comprendre les facteurs qui façonnent la construction des représentations sociales des acteurs (communauté, gestionnaire, élu, etc.), découvrir les facteurs socio-écologiques et politiques qui influencent les capacités d’apprentissage, d’innovation et de transformation, ainsi que développer des approches intégrées. L’intégration de ces enjeux permettra de faire face à des situations extrêmes dans lesquels l’incertitude, les changements d’état des ressources et les transformations rapides des écosystèmes et des politiques sont fréquents, et ce, dans un savoir transférable aux communautés et aux acteurs concernés.

Niveau avancébouton régulier